vendredi 21 octobre 2016

Annonce: Armstrong (pt1)




Bonjour internet !

Et bien ça faisait un moment que je n’avais plus blogué, vu que le gros de mes textes part directement sur Le Conteur.fr maintenant. Comment allez-vous ? J’espère que l’inspiration littéraire vous accompagne dans vos moments créatifs. En parlant d’inspiration, je ne sais pas si certains s’en souviennent, mais l’an dernier je me suis retrouvé à poster un article sur une histoire qui m’avait beaucoup marquée il  y a de cela presque 10 ans, mais que je me suis empressé de détruire une fois finie. C’était La Maison du Vampire Armstrong. Si vous vous rendez sur la page de l’article et que vous le lisez (ce que je recommande), vous pourrez constater que j’ai écrit ceci :


« Donc non, je ne compte pas le réécrire, j’en ai assez fait comme ça. »

Ahahaha. Ahahaha… Ha… Comme les choses peuvent changer en un an. 
Que s’est-il passé exactement ? Et bien je suis passé vite fait à un mariage figurez-vous. Pas n’importe lequel, celui d’une amie que j’ai connue depuis l’enfance. (Attention, si vous faites partie de mes amis très proches ou de ma famille, c’est peut-être le moment de faire demi-tour et de fermer cette fenêtre.) Je suis donc passé à la cérémonie en Mairie. Je ne suis pas allé à l’Eglise, on va déconner non plus. Or j’ai tout de même revu un tas de visages de mon adolescence que je n’avais pas recroisé depuis. Et c’est là que je me suis rendu compte que je ne voulais parler avec AUCUN d’entre eux, parce que la haine que je leur porte est encore aussi vive qu’il y a quinze ans.

Après, je ne souhaite rien de mal à ces gens. J’espère que le mariage de mon amie sera heureux et je sais qu’aucune de ces personnes n’est en soi mauvaise. Je sais aussi que parmi ces visages il y en a qui, dans leur jeunesse, m’ont maltraité verbalement et physiquement et je sais qu’il y en a d’autres qui ont laissé faire. C’est à cause d’eux que je suis resté dans le placard jusqu’à mes 27 ans, entre autre, et ils ont aussi contribué à ancrer en moi cette idée que, de toute façon, je vivrais à jamais dans l’angoisse et que c’était tout à fait normal. Merci les gars.


Rien que d’écrire ces lignes je me sens déjà plus léger.

Mon amie doit elle-même en avoir bien conscience. Je me souviens d’un repas où ces mêmes gens devaient être et où elle avait dit « Vu qui il y aura, je comprendrais si tu ne veux pas venir. » Alors que ce soit bien clair, je ne suis pas là pour régler mes comptes, et je me fiche pas mal de savoir si ces types regrettent ou pas. Qu’ils voient ça avec leur conscience, ça ne me regarde plus. Ce qui me préoccupe plus à presque la trentaine ce serait plus de me libérer, enfin, de toute cette saleté émotionnelle qui me poursuit depuis. Je croule, littéralement, sous le poids de la merde qu’on m’a déversé dessus, à un moment de ma vie où déjà je n’allais pas très bien.

Quel rapport avec ma nouvelle détruite ? Ben, figurez-vous que c’est un peu le rôle qu’elle a rempli. Ces histoires de vampires c’était un peu un déversoir, et quand je m’en suis débarrassé je me suis senti libéré d’en tout cas une partie du fardeau. Et soyons honnête, quel meilleur moment dans l’année pour ressusciter des vampires que la fin octobre ? Donc, j’annonce officiellement que La Maison du Vampire Armstrong est en cours de réécriture. Mais avant cela vous aurez droit à une autre grosse nouvelle, une séquelle se situant dans le même Univers et qui me sert un peu de bac à sable. Je vais publier le premier chapitre plus tard dans la journée et si vous aimez le fantastique et l’horreur, vous pourrez entamer la lecture. Je ne sais pas où va l’histoire et elle ira là où j’aurais besoin qu’elle aille. Par conséquent, je ne retiendrais probablement pas ma plume. Il y aura beaucoup de passages surréalistes, comme sur l’original, mais ce sera compréhensible, même si vous ne connaissez rien à l’Univers, ne vous inquiétez pas. Et je continuerais à écrire ces histoires jusqu’à ce que toute ma haine ait brûlé et que je puisse m’en défaire et pardonner un minimum.

J’espère qu’au moins certains d’entre vous apprécieront cette histoire-là. Il n’y aura pas de calendrier de publication par contre. C’est mon défouloir. Les épisodes sortiront lorsque j’en aurais besoin. Je publierais La Maison du Vampire Armstrong uniquement quand le roman sera reconstitué dans son entier.

En attendant je vous dis à bientôt.



Si vous désirez dévouvrir « En rentrant de l’École », la très courte nouvelle qui se déroule dans cet Univers-là, vous pouvez la lire sur Le Conteur.




dimanche 29 mai 2016

Pensées: Le TAG de Sizel

Bonjour bonjour. Ravi de vous revoir. Il y a quelques temps, je me suis fait tagué par Sizel sur une série de treize questions que j'ai totalement oublié de poster, (car oui, je suis un boulet) mais ce n'est pas grave!  Réparons la chose ce dimanche. Voilà la série en question, en espérant que cela vous amusera quelques minutes. Si vous voulez également y répondre n'hésitez-pas, vous pourrez même laisser le lien dans les commentaires.






1 - D'où vient ton pseudo ?

C’est un de mes gentils prénoms. Que ma gentille môman ma choisie. Voilà.
Oui je sais, ce n'est pas très original.


2 - As-tu une préférence pour un de tes personnages ? 

Quelle idée de poser cette question !!! Je ne peux pas choisir entre mes enfants ! Je ne peux paaaas ! T^T

Plus sérieusement, le problème avec cette question c'est que je n'écris que pour des personnages qui me plaisent, même s'il s'agit d'immondes enflures. Si un perso est présent dans l'un de mes textes, c'est que j'adore le mettre sur papier pour une raison ou une autre. C'est donc très difficile de choisir.


3 - Quelle est ton élément (eau, terre, feu, air) préféré ? Pourquoi ? 



La vanne qui ne peut être comprise que par les gens de ma génération… Ne me tapez pas.

J’ai toujours eu une grande fascination pour le feu, peut-être parce qu’il est l’élément le plus humain et  pourtant littéralement intouchable. Aimer le feu c'est une chose, le porter dans ses mains comme un petit oiseau en est une autre. Le feu n'aime personne, il vous mordra si vous vous approchez et vous apprendra la valeur de la distance.


4 - Tu préfères lire ou écrire ? 

Écrire, même si je lis aussi. Il paraît que j’ai commencé à écrire aussitôt que l’on m’a appris à tenir un crayon. Je ne me rappelle pas si c’est vrai.


5- Dans quel livre/série/film, tu aimerais être envoyé ?

Dans l’Univers d’Avatar The Last Airbender. Juste pour pouvoir maîtriser LE FEU. Oh yeah.


6 - En lecture et écriture, tu as un genre de prédilection ?

Le Fantastique probablement. C’est dans ce genre là que j’ai démarré et j’y reviens toujours régulièrement.


7 - Tu as une boisson fétiche ?

CAFÉ !!!


8 - Quelle serait ta destination rêvée ? 

Retourner en Egypte. C’est un peu compromis en ce moment.


9 - Tu t'es fixée des objectifs à atteindre en 2016 ? Lesquels ? 

Finir Le Serpent Voyageur entre autre chose. Peut-être réfléchir à comment en faire une vraie publication si on en est contents. On verra. Déjà j’aimerais finir les deux projets que j’ai en cour dans cette série. Les retours pour l'instant sont très encourageants.


10 - Tu as un coup de coeur musical à partager ? 

Beaucoup !

SCHMOYOHO:




Ces gars utilisent l’autotune pour créer des chansons pop parodiques avec le contenu des news US. Avec toutes les conneries qu’on doit se manger à la télé, ça dédramatise. Et avec des super guests !

STEAM POWERED GIRAFFE:




Des mimes rétro-futuriste. DES MIMES RÉTRO-FUTURISTES !!

SOULSONGS:



Pour les fans de Dark Souls, VaatiVidia fait une série de vidéos en collaboration avec divers artistes indé, créant des chansons sur l’Univers des jeux. Toutes sont excellentes !


11 - Si tu pouvais choisir un super pouvoir, ce serait lequel ? 

Probablement voler. Voler, ce serait bien.


12 - Il y a une remarque de lecteur qui t'a particulièrement marqué dernièrement ?

Le fait que Diogène ait aimé Le Voleur et L’Escroc. Je ne m’y attendais absolument pas. Ca m’a beaucoup touché.
La critique que Sizel (justement) a posté sur facebook aussi m’a pas mal secoué. C'est un mémo constant qui me rappelle pourquoi je dois retravailler en continue mes chapitres, sans arrêt, pourquoi je dois toujours douter, me poser des questions, créer quelque chose de nouveau, ne pas me reposer sur mes lauriers, au risque de décevoir.


13 - Plutôt Noël, Pâques ou les grandes vacances estivales ? 

Noël. Le froid, la famille, les indigestions à répétition, les cadeaux, le chocolat, les chats dans le sapin, les lumières dans la nuit, toussa toussa.





Voilà qui est fait! N'hésitez pas à rendre visite à Sizel sur son BLOG! Si vous aimez la Fantasy et les créatures imaginaires, ses écris risquent fort de vous intéresser.
Bon week-end à tous!


jeudi 26 mai 2016

Annonce: Le Voleur et L'Escroc

Hello Internet ! Ca faisait longtemps que l’on ne s’était plus vu. Non je ne voulais pas partir, mais que voulez-vous, je ne peux passer ma vie sur internet… Il paraît.
Je suis ici aujourd’hui pour vous parler de l’évolution de l’un de mes textes. Vous vous souvenez peut-être qu’il y a quelques temps j’ai posté, sur ce blog même, une petite nouvelle de Fantasy Médiévalo-Nordique que vous pouvez trouver par  .





Comme beaucoup de gens, notamment IRL, me demandaient une suite à ce texte… Et bien je l’ai écrite! Enfin je suis en train. Avec mon camarade de beuverie Damienus, nous avons incorporé cette
histoire dans l’Univers d’un autre projet en cour appelé Le Serpent Voyageur, j’y reviendrais. Le Résultat est actuellement en prépublication sur le Conteur.fr, histoire d’avoir des retours de lecteurs. Cinq parties sont actuellement en ligne (l’équivalent de 2 chapitres) et d’autres viendront, l’objectif étant d’affiner la chose et d’arriver à une version définitive que l’on proposera à l’Allée des Conteurs et pourquoi pas, qui fera l’objet d’une publication papier, soyons fous, mais on en est pas encore là.


Nous l’avons sorti sous le titre temporaire Le Voleur et L’Escroc. C’est une intrigue de fantasy qui tourne légèrement au roman d’espionnage, centré sur deux personnages qui commettent toute une série de vols assez ambitieux, malgré leur relation assez houleuse, voire carrément antagoniste. Les choses n’étant jamais ce qu’elles semblent être, leurs actions vont les propulser en plein milieu de la guerre secrète qui ronge l’Île du Nord de l’intérieur et sans le vouloir, ils auront une certaine influence sur ces lutes de pouvoir intestines…



Ce projet me prend un temps fou, pour la simple raison qu’il devient de plus en plus monstrueux dans ma tête, non pas par sa longueur mais par ses personnages et la façon dont je voudrais les rendre sur papier. C’est un petit challenge d’écriture que je relève avec plaisir et qui, je l’espère, en régalera plus d’un. Si vous êtes intéressés, vous pouvez y jeter un œil, voire deux, chez Le Conteur.

Je l’écris en parallèle avec Le Serpent Voyageur, un récit centré sur une révolte paysanne, que je pré-publierais de la même manière, une fois Le Voleur et L’Escroc terminé.
Les illustrations de mes deux personnages principaux ont été effectuées par mon amie Fyrielle (que j’aime beaucoup beaucoup) et que vous pouvez encourager sur DeviantArt.
Ou sur sa chaîne Youtube.






Laissez-lui des commentaires, cela fait toujours plaisir, et moi je vous retrouve à la fin de la semaine, pour un nouvel article !

lundi 29 février 2016

Willen's Craft épisode 11

Ah, le lundi matin. Le moment le moins joyeux de la semaine. Où que vous soyez, je compatis grandement. Alors, installez-vous dans un des fauteuils du blog, prenez un thé ou un café, ou encore un chocolat fait par nos soins (et pas par ces saletés de machines). Nous avons des madeleines et du cake. Venez écouter les nouvelles. D'abord, j'aimerai savoir si vous aimeriez avoir cette série en format epub pour liseuses ? Ce sera un peu long à mettre en place, mais tout à fait possible. Je pense faire un sondage là dessus très prochainement. Ensuite, je voudrais chaudement recommander l'Allée des Conteurs à tous ceux qui passeraient par ici. C'est un très beau site qui héberges de très très bonnes histoires de SFFF. Allez-y, vous m'en direz des nouvelles. Je vais devoir vous laissez, je vous souhaite une bonne lecture! On se retrouve à la fin de l'épisode!



* * *


* * *


Aïdée sortit du manteau brumeux en un bond, se retrouvant catapultée en l'air avant d'atterrir sur ses deux pieds, s'ancrant jusqu'aux genoux dans l'humide masse translucide à présent au dessous d'elle. Le soleil, tout jeune encore, réchauffa presque instantanément son visage et son corps. L'ambiance était d'un jaune très pur.

Elle secoua son cache-poussière parsemé de gouttelettes attrapées lors de son ascension, avant de regarder attentivement autour d'elle. Ah, enfin, quelle paix! Elle récupéra son couvre-chef humide et le plia dans sa poche.
Sous ce ciel chaud, le tapis de brume était parsemé de petites touches entre orange, saumon, et un rose rutilant. Les imposantes collines s'étalaient loin vers l'horizon, se dégageant de ce linceul qui les étouffait. Seuls les sommets les plus hauts pouvaient voir le lever du soleil.

Aïdée se régalait de ce spectacle que peu de gens avaient vu. Chaque élément lui semblait doué d'une vie propre. Elle regardait ce brouillard, cette matière mutante, s'avancer en rampant à la mesure de l'escargot, emportant les couleurs du matin avec lui. Plus loin, là où la montagne était plus élevée, tout était changé et de grands paquets cotonneux beiges montaient entre les pointes de terre, formant d'agréables créatures légères et crémeuses. On aurait pu croire que ces moutons emportaient la poussière du paysage en s'effilochant vers le ciel. Et lorsqu'une vallée cassait la structure de cet environnement, alors le brouillard s'y engageait, poussé par la brise, aussi fluide qu'une petite chute d'eau, charriant une tonne de jeux de lumière dans son flot. Tout en accélérant l'allure, elle cru voir une forme bouger à quelques pas devant elle.

Elle courut ainsi sur plusieurs dizaines de mètres, puis fut soudainement arrêtée par une ombre qui semblait avoir l'intention de se dresser juste devant elle, hors des nappes fumantes, avant de disparaître à nouveau dans les profondeurs. Elle ne réalisa que trop tard que c'était en fait un aileron noir qui lui arrivait à la taille.

Lassa ?

Se pouvait-il qu'une telle masse se déplaça furtivement quelque part sous ses pieds ? Impossible. Il ne fréquentait quasiment pas la région. Un sifflement familier la ramena brusquement hors de ses pensées. 

Voyant que les nuages s'engouffraient vers le bas des collines un peu plus loin vers l'est, elle se précipita pour se percher sur un morceau de rocher, observant ce qui pouvait bien se passer en contre bas. Face au soleil, baignant dans un orange rappelant de larges flammes, un immense groupe de requins voguait comme un seul corps, en rangs serrées, leurs petites silhouettes à têtes de marteau n'étaient visibles qu'au travers d'un voile plus ou moins épais. Elle dut plisser les yeux et cacher l'astre d'un revers de main. Les requins qui lévitaient dans les airs étaient toujours constitués d'une matière noire proche de la fumée, ce qui, au milieu du brouillard, donnait des effets aussi curieux qu'indescriptibles, en couches de surimpression. Ces poissons n'étaient que les ombres d'animaux inexistants dans la brume. Jamais aucun pinceau ne put rendre la poésie de la transparence comme cette vision là.


 Soudain rappelée à la réalité, elle se souvint que l'une de ces gigantesques formes était probablement en train de circuler tout à côté d'elle, sous la couverture nuageuse. Les squales n'avaient pas besoin de manger. Ils n'étaient pas faits de chair et de sang. Il leur arrivait pourtant de s'attaquer à des oiseaux ou de chasser des proies plus conséquentes. Pourquoi ? Personne ne le savait. Chaque élément avait un rôle à jouer à Willenscraft, mais le leur restait un vrai mystère. Et il lui était devenu difficile d'oublier l'aileron d'un monstre de quinze mètres qu'elle avait probablement vu juste une minute plus tôt.

Bien décidée à regagner la terre ferme, elle se laissa glisser sur une nappe de brouillard qui descendait un peu vers la forêt. Le linceul était de plus en plus épars, comme rongé par endroits. Et c'est au travers de l'un de ces trous perméables qu'elle aperçut un peu plus loin un homme, arpentant l'un des chemins de randonnée qui longeait les collines et formait une sorte de large boucle ayant pour centre le complexe universitaire. Elle le reconnut presque tout de suite à sa façon de se déplacer.

* * *

L'image ci-dessus vient de 14398 sur pixabay.
J'espère que vous avez aimé cet épisode et n'hésitez pas à venir jeter un œil aux autres blogs répertoriés ici! Bonne semaine à tous!